A 831 - Auvinet veut que l'Etat maintienne ses engagements

07 décembre 2017
Par Dolorès CHARLES
Yves Auvinet veut que l’Etat participe au financement des études et des travaux du tracé alternatif

On reparle du projet autoroutier A-831 dans le sud-Vendée : l’Etat doit respecter les engagements pris à la suite de l’abandon de l’A-831, pour le président du Département de Vendée reçu récemment au ministère des Transports<; En clair, Yves Auvinet veut que l’Etat participe au financement des études et des travaux du tracé alternatif. Autre point non négociable : le passage par Fontenay-le-Comte de cette liaison entre Nantes et Rochefort.

Une rencontre est prévue prochainement entre les collectivités locales pour relancer ce dossier d’une liaison routière entre Fontenay et Rochefort.

Le communiqué complet :

"A la suite de la session décentralisée du Conseil départemental à Luçon, au mois de septembre dernier, j’ai adressé un courrier à la ministre chargée des transports, Elisabeth Borne, pour l’interroger sur la suite que l’Etat entendait donner au dossier de l’A831 et au tracé alternatif évoqué depuis l’abandon du projet autoroutier.
J’ai été reçu au ministère il y a quelques jours. 

Cette rencontre a été l’occasion de rappeler l’historique du dossier, depuis l’abandon de l’A831 jusqu’à l’engagement de l’Etat à participer, aux côtés des collectivités, au financement des études et des travaux du projet alternatif. J’ai eu surtout l’occasion de réaffirmer l’opposition des collectivités territoriales concernées au « protocole d’études et de partenariat » qui nous avait été proposé à la suite de cet engagement du Premier ministre de l’époque ; ce protocole omettant une partie des promesses du Premier ministre, notamment la participation de l’Etat aux travaux, devenait, de ce fait, irrecevable.

La participation conséquente de l’Etat au financement des études et des travaux de ce tracé alternatif est en effet une condition sine qua non. Le passage par Fontenay-le-Comte de cette liaison entre Nantes et Rochefort est également un point non négociable. Enfin, c’est à l’Etat de se prononcer clairement sur la faisabilité environnementale de ce tracé alternatif.
Ce que je retiens de cette rencontre, c’est que l’Etat n’a manifestement plus l’intention de participer au financement de ce tracé alternatif, ce qui ne saurait être acceptable. Nous sommes en effet en droit d’attendre qu’il respecte la parole donnée, par-delà les changements de majorité. Ou bien alors, qu’il relance le projet autoroutier qui, en plus d’avoir l’assentiment de toutes les collectivités locales concernées, avait le mérite de faire financer essentiellement par les usagers les 64 km d’autoroute prévus.

Au cours des prochaines semaines, le Conseil départemental de la Vendée, le Conseil départemental de Charente-Maritime et les élus régionaux engagés sur ce sujet se rencontreront afin de relancer ce dossier d’une liaison routière digne de ce nom entre Fontenay-le-Comte et Rochefort.

Yves AUVINET
Président du Conseil départemental de la Vendée