Blue Economy : Un quimpérois produit des champignons grâce au marc de café

Yann Launay
07 septembre 2017
Par Alexandra BRUNOIS

On parle "Blue Economy" jusqu'à ce soir à Quimper...  Au programme des "Blue Deiz" : conférences, ateliers, débats, pour les professionnels comme pour le grand public. L'économie "bleue", c'est l'économie circulaire, sans déchet. Les déchets sont valorisés comme n'importe quelle matière première... C'est le principe que suit un ingénieur quimpérois qui veut promouvoir la production de champignons... grâce au marc de café. Il a lancé sa start up - Cornouaille Ressources Innovations" - et vient de faire sa première récolte de pleurotes. Albin Monsorez récupère le marc de café dans des bars et auprès de torréfacteurs... Et ça marche... Il est au micro de Yann Launay
 
Écouter le podcast
"On utilise le marc de café parce qu'il contient de la cellulose, et ce champignon : la pleurote, se nourrit de cellulose. Je récupère ce marc de café, je le mélange avec de la paille et du mycélium (la semence de champignon). Il faut une température assez stable, autour de 20°, pour la phase d'incubation, et il faut contrôler le taux d'humidité, mais cela reste raisonnable, ça pousse très bien."

 
Albin Monsorez veut rénover des conteneurs en fin de vie, les équiper, et ainsi vendre des unités de production de champignons clés en mains. Il rénove actuellement un premier conteneur de démonstration. Visite guidée!
 
Écouter le podcast
"A l'arrière du conteneur, on va charger la matière première - le café, la  drèche de bière ou les copeaux de bois, et il y aura une phase de pasteurisation. Une fois que c'est pasteurisé, on vient mélanger le mycélium (la semence de champignon) dans des seaux alimentaires, que je récupère dans des cantines : là encore, c'est un déchet que je réutilise. Ensuite, on arrive dans une deuxième salle, la salle d'incubation, puis dans une troisième salle, la salle de fructification ou aura lieu la récolte, au bout de 2 semaines environ pour les pleurotes."



Des conteneurs qui pourraient intéresser tout particulièrement les torréfacteurs. Albin Monsorez estime qu'un emploi à temps plein sera nécessaire pour chaque conteneur installé, et que les premiers bénéfices seraient dégagés au bout de seulement 3 ans.

D'autres exemples d'innovations de cette économie "bleue" sont présentés à Quimper jusqu'à jeudi soir... avec des conférences, des débats à la Chambre de commerce et d'industrie.