Doux : la région Bretagne en faveur du projet LDC

15 mai 2018
Par Katell LAGRE

Quel avenir pour le groupe Doux et ses 1.200 salariés ?

Le tribunal de commerce de Rennes se prononcera vendredi. Il a étudié aujourd’hui les huit offres de reprise..
La Région Bretagne se positionne clairement en faveur du projet du consortium Yer Breizh (LDC, Terrena et le saoudien Al-Munajem principalement.
Le groupe sarthois LDC a déposé une offre en s'alliant avec Terrena, le groupe saoudien Al-Munajem, premier client de Doux, et la société Les Volailles de Plouray.
Ce projet permettrait de conserver 920 emplois sur 1.187. Il proposerait par ailleurs 418 offres de reclassement aux autres salariés de Doux, soit plus d'offres que de salariés pour ceux n'étant pas repris directement.

Le volailler ukrainien MHP veut lui développer un projet qui "permettrait la sauvegarde immédiate d'environ 285 postes auxquels s'ajouteraient environ 430 postes" au démarrage d'une nouvelle unité de production à Châteaulin, pour laquelle MHP investirait 76 millions d'euros "d'ici deux ans".

Autre candidat, l'industriel britannique Chesterfield Poultry, spécialiste du poulet halal, propose de reprendre l'abattoir vendéen de Chantonnay et ses 145 salariés. Il a également déposé une offre pour le couvoir de L'Oie (Vendée) et ses 85 salariés, ainsi que pour l'usine d'aliments des Essarts-en-Bocage (Vendée) et ses 15 salariés. Soit 245 salariés au total.

L'allemand Saria, spécialiste de la valorisation des coproduits de viande, propose, lui, de reprendre la production de farine animale à Châteaulin avec 17 salariés.

Le groupe Foch Investissement est lui intéressé par la reprise de 69 des 92 salariés du site de Plouray (Morbihan), contre 68 pour l'offre concurrente des Volailles de Plouray.)