Les entrepreneurs de l'Ouest "pro-aéroports"

Vue du prochain aéroport
07 décembre 2017
Par Dolorès CHARLES
Les acteurs économiques ont hier rappelé l’enjeu essentiel qu’est l’aéroport en termes de mobilité et d’activité pour l’Ouest.

Alors que le rapport sur Notre Dame des Landes doit être remis dans quelques jours au gouvernement, des entrepreneurs de Bretagne et des Pays de la Loire apportent leur soutien au projet d'aéroport. Réunis hier à Rennes, ils viennent d'envoyer un manifeste au gouvernement, pour expliquer en quoi l"Aéroport du Grand Ouest" leur semble nécessaire. Parmi les signataires : Vincent Bedouin, président du groupe Lacroix, une ETI - une entreprise de taille intermédiaire- spécialisée dans l'électronique, qui emploie 500 personnes avec un siège à Nantes et des sites à Cholet, Rennes, Quimper, Saint-Brieuc, ainsi qu'à l'étranger. Pour Vincent Bedouin, l'absence d'un aéroport international dans l'Ouest est un vrai manque. Ecoutez Vincent Bedouin avec Yann Launay.

Écouter le podcast
"Quand je mets 17h à me rendre sur le site Lacroix de Pologne, là où mes concurrents allemands ont un vol direct à partir de chaque Länder, ce n'est pas possibe... C'est la même chose avec l'Espagne, l'Italie..."

Pour Vincent Bedouin, les entreprises comme la sienne ont besoin de liaisons aériennes internationales, pas de LGV.

Écouter le podcast
"Les lignes TGV vampirisent les centres de décision, les talents, qui restent sur Paris... Le projet d'aéroport nous permet de nous connecter directement à l'Europe, sans passer par Paris."



Pour Vincent Bedouin, les aéroports de Nantes Atlantique et de Rennes St Jacques montrent déjà leurs limites et ne sont pas capables d'atteindre le statut de plaque tournante, de "hub" européen, ce que pourrait devenir un aéroport situé entre Nantes et Rennes.

Écouter le podcast
"L'enjeu n'est plus de voir "petit", avec chacun son petit aéroport. L'enjeu c'est d'avoir une vraie plate-forme qui connecte le Grand Ouest au reste de l'Europe et du monde. L'avenir c'est de penser plus grand, plus collectif, et là on a la possibilité d'avoir un symbole extrêment fort de ce que sera demain l'avenir de notre territoire."

Chez Samsic, même combat à l'international

Christian Roulleau, créateur de l'entreprise Samsic, une entreprise qui emploie aujourd'hui 70 000 personnes à travers l'Europe, dans la propreté et la sécurité. Le siège de Samsic est toujours en Bretagne, à Rennes, ce qui pour Christian Roulleau n'est pas forcément le plus simple pour accompagner un développement international.

Écouter le podcast
"Nous avons dû créer une équipe de 15 personnes qui travaillent sur l'international, ils ont tous voulu travailler à Paris parce que c'est plus pratique pour les transferts. Ce qu'ils font aujourd'hui par Roissy, ils ne peuvent pas le faire par la Bretagne."

On pourrait pourtant imaginer qu'avec l'aéroport de Rennes et St Jacques,  internet et la visioconférence, les moyens existent déjà pour travailler avec le monde entier... Mais ces moyens restent, et resteront, très insuffisants pour Christian Roulleau au micro de Yann Launay.

Écouter le podcast
"Nous voulons des aéroports où on peut partir tôt le matin et revenir tard le soir. Vous ne pouvez pas travailler dans nos métiers seulement par visioconférence, et puis nous avons aussi des clients qui viennent en Bretagne, et vu du Qatar, le voyage peut sembler long et compliqué."