Pays de la Loire

Les tracteurs sont arrivés à Donges !

11 juin 2018 à 11h50 Par Fabien GONZALES / Dolorès CHARLES
Crédit photo : Dolorès Charles

Les agriculteurs de l'Ouest annoncent le blocage de la raffinerie de Donges, mais attention à ne pas se précipiter dans les stations. Certaines étaient déjà à sec hier soir au sud de Nantes.

Les agriculteurs, repoussés dans un premier temps par les forces de l’ordre, avaient pris la direction de la route Nantes / ST Nazaire. La préfecture a finalement libéré le site et les tracteurs sont arrivés à la raffinerie vers 11h30.

Une quinzaine de raffineries et dépôts pétroliers sont bloqués en France. Mais ne vous ruez pas sur les pompes à essence ! C'est justement ce qui peut créer la pénurie, car pour l’instant, il n’en est pas question malgré l’appel au blocage pour trois jours reconductibles de la raffinerie de Donges ce lundi matin par les agriculteurs. La FNSEA veut faire pression avant l’examen du projet de loi Agriculture et Alimentation au Sénat, et dénoncer les importations d'huile de palme notamment. Ecoutez les précisions de Mickaël Trichet, le président de la FDSEA en Loire-Atlantique, au micro de Fabien Gonzalez.

Écouter le podcast

Les agriculteurs regrettent le double discours du GVT. D’un côté, la loi Alimentation – dont certaines dispositions sont de réelles avancées - et d’un autre, les accords de libre-échange, qui mettront en concurrence les produits français avec des produits venant de pays qui ont des standards de production très inférieurs, et ont recours aux hormones de croissance, aux farines animales, etc. Les agriculteurs pointent aussi du doigt, les charges élevées et la hausse du carburant en France.

Communiqué de la FRSEA des Pays-de-la-Loire :

Les agriculteurs de l’Ouest vont bloquer la Raffinerie de Donges.

Depuis le début du mandat, les contradictions du gouvernement s’accumulent : la loi Alimentation – dont certaines dispositions sont de réelles avancées pour les agriculteurs - va consacrer la « montée en gamme » des produits agricoles français ; « et en même temps », le Gouvernement et l’Union Européenne sont en train d’ouvrir grand les frontières avec les accords de libre-échange - CETA, MERCOSUR, et d’autres qui se préparent….

La FRSEA et Jeunes Agriculteurs des Pays de la Loire refusent que les produits français soient concurrencés par des produits venant de pays qui ont des standards de production très inférieurs, qui utilisent des molécules interdites en France, qui ont recours aux hormones de croissance, aux farines animales dans l’alimentation de leurs animaux, … C’est incompréhensible pour les agriculteurs mais aussi pour les consommateurs qui vont être bernés.

Les charges de nos exploitations, liées au haut niveau de qualité de nos produits, augmentent sans cesse alors que nos concurrents ont des charges très inférieures : comment pouvons-nous alors être compétitifs ? Cela ressemble à un jeu de dupes ; nous ressentons une profonde injustice et une grande frustration.

Enfin les charges de carburant augmentent fortement et des menaces pèsent sur la suppression de certaines exonérations. Il est grand temps que l’Etat français nous entende.

C’est pourquoi, dans le cadre de l’opération syndicale FNSEA-JA, les agriculteurs de l’Ouest bloqueront à partir du lundi matin 11 juin - 10 heures - la raffinerie de Donges, en Loire Atlantique, site stratégique et symbole des distorsions de concurrence que nous subissons.

Les agriculteurs FD/FNSEA et Jeunes Agriculteurs de 12 départements des Pays de la Loire, de Bretagne, et du Nord de Nouvelle Aquitaine seront nombreux pour marteler nos revendications face à un gouvernement qui se moque de nous, voire nous ignore totalement. Les Entrepreneurs du Territoire (EdT) s'associent à notre mouvement et seront également nombreux sur place.

La France a besoin de ses agriculteurs ; ne bradons pas notre terroir, notre alimentation et notre savoirfaire en important une agriculture dont nous ne voulons pas !

Enquête publique en cours, à Donges

Par ailleurs, une enquête publique est organisée par la raffinerie Total dans le cadre de la mise en place de deux nouvelles unités de production. Un projet baptisé Total Horizon, Total prévoit 350 millions d’euros d’investissements d’ici 2021. L’enquête court jusqu’au 2 juillet, des permanences sont assurées régulièrement par le commissaire enquêteur : les prochaines auront lieu à Paimbœuf mercredi, puis à Donges les 20 juin et 2 juillet, et à Montoir-de-Bretagne, le 28 juin.